Logo GALERIE MICHEL CABOTSE - Tableaux d'artistes francais et etrangers XIX XX
Accueil
Actualités
Galerie
Contact


 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Tableau Tableau
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Sculpture Sculpture
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Dessin Dessin

Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Publicité précédente
Publicité suivante

Page précédente
Retour
Portrait d'un Africain
Herzog, Arthur-Charles-Henri (1862, Neuchâtel - 1913, Marin)


Date : Daté 1887, signé en bas à gauche
Dimensions : 55 x 46 cm (21 1/2 x 18 in.)
Envoyer par e-card à un contact

Powered by Zoomify
Tableau dans son cadre ancien. Sur sa toile d'origine.

Vous pouvez obtenir de plus amples informations sur l'artiste et cette huile sur demande.

Arthur Charles Henri HERZOG (1862, Neuchâtel - 1913, Marin, Suisse) :

Peintre voyageur orientaliste et africaniste Suisse. Fils d'un préposé à la police des habitants de la Ville de Neuchâtel, Arthur Herzog n'était absolument pas promis à la peinture. Après des études de littérature à Neuchâtel, il séjourne quelques années en Russie en tant que précepteur mais bientôt, attiré par les Beaux-Arts, il part pour Paris afin d'y étudier la peinture. Dès 1882 (âgé de 20 ans), il envoie l'un de ses tableaux à l'Exposition de la Société des Amis des Arts de Neuchâtel : En Californie. Environs de Nice.

En 1884, il a la chance d'être attaché en tant que dessinateur et peintre à une expédition scientifique en Algérie. C'est certainement grâce aux observations faites durant ce voyage qu'il peut présenter, en mai 1884, de nouveau devant la Société des Amis des Arts de Neuchâtel, les tableaux suivants: Plage de Bab-el-Oued (Alger), Place du Gouvernement (Alger), Mosquée Sidi-Ader-Hamman (Alger) et Rue de la Kasbah (Alger). Au retour de cette expédition, la plus grande partie de ses oeuvres est détruite par un incendie dans les docks de Marseille.

Notre tableau, daté de 1887, pourrait avoir été esquissé, ou du moins imaginé durant ce premier voyage de Herzog en Afrique.

En 1890 il participe à la première Exposition nationale des Beaux-Arts à Berne et présente deux paysages suisses. En 1892 et 1894, il envoie de nouveau quelques tableaux à l'Exposition nationale suisse et à partir de 1893 il se fixe à Lausanne.

Cependant, loin de s'installer dans le confort que lui procure la reconnaissance, il n'hésite pas à repartir en 1897 pour un long séjour en Egypte. Cette fois encore, il en rapporte quantité d'esquisses car à l'exposition de Neuchâtel de 1899, il va présenter quatre tableaux inspirés de l'Egypte. Enfin, en 1900 il est nommé professeur à l'Internado National du Chili et quitte de nouveau son pays. A son retour, en mai et juin 1905, il présentera à l'exposition de la Société des Amis des Arts de Neuchâtel un Coucher de soleil sur les Andes.

Herzog est connu en tant que paysagiste pour ses scènes alpestres et lacustres mais aussi comme peintre orientaliste pour les tableaux peints durant ses voyages. Or le tableau que nous présentons ici est totalement atypique au regard de sa production connue. Au lieu de replacer le personnage dans un contexte romantique ou symbolique- tente, désert - comme l'aurait fait tout peintre orientaliste, Herzog choisit ce fond uni et doré, à la fois parti pris décoratif et instrument destiné à magnifier son modèle. En outre le choix de cette couleur, si vive, alors qu'elle était utilisée au Moyen-Age et à la Renaissance pour indiquer la présence du sacré, renforce encore l'effet produit par cette figure par ailleurs peinte avec le plus grand réalisme. 

Exotisme, aucun exotisme dans ce portrait ne transparaît, aucune condescendance non plus.

Il est aussi important de noter qu'il s'agit là d'une oeuvre de jeunesse, d'une vigueur extrême pour un artiste de 25 ans. Ce tableau, si atypique par rapport à ses oeuvres de maturité, nous fait regretter la perte de son travail dans ce funeste incendie des docks de Marseille.

Article paru dans Antikaparis

Liens
Login : Mot de passe