Logo GALERIE MICHEL CABOTSE - Tableaux d'artistes francais et etrangers XIX XX
Accueil
Actualités
Galerie
Contact


 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Photographie Photographie
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Gravure Gravure
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Ethnographie Ethnographie
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Aquarelle Aquarelle
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Pastel Pastel
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Carte géographique Carte géographique
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Gouache Gouache
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Sanguine Sanguine
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Fusain Fusain
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Caricature Caricature
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Encre Encre
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Huile sur papier Huile sur papier
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Gravure sur bois Gravure sur bois
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Affiche Affiche
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Fusain, sanguine et craie Fusain, sanguine et craie
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Crayon Crayon
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Objets d'art Objets d'art
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Estampes japonaises Estampes japonaises
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Lithographie Lithographie
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Curiosités Curiosités
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Mobilier Mobilier
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Lavis de sépia Lavis de sépia
 GALERIE MICHEL CABOTSE - Puce Fusain et craie Fusain et craie

Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Publicité précédente
Publicité suivante

Page précédente
Retour Retour
A.Lambert : El Chancellor (vendu)
Lambert, André (1884, Stuttgart - 1967, Paris)

22,7 x 16,2 cm (sujet)


Illustration pour la nouvelle de Jules Verne, Le Chancellor (1875).

Sbg, et daté 1940. Titré et numéroté 18, au crayon, en bas à gauche dans la marge.


André Lambert (Andrès en espagnol), figure parmi les grands Maîtres de l'illustration du début du XXème siècle. Il est né à Stuttgart en 1884, fils d'un architecte suisse.

Elève de H. Van Habermann à Munich,  il étudie à Paris dans l'atelier de Fernand Cormon, et sous la férule de Gustave Moreau.

Puis il travaille en Allemagne, de 1907 à 1909 pour la revue satirique Simplicissimus, qui avait été créée par Albert Langen en 1896 à Munich (Jules Pascin y collabore à la même époque). Il fonde la revue Janus en 1919 avec Georges Aubault, entièrement rédigée en latin ; des artistes tels que Emile Bernard et Pierre Lièvre participent à cette revue.

André Lambert s'installe en 1920 en Espagne.

Ses oeuvres paraîtront sous la forme d'illustrations, dans Simplicissimus, et associées à certains ouvrages de littérature, tels : Métamorphoses d'Ovide, le Satyricon de Petrone, les Satires de Juvénal, le Roi Candaule de Théophile Gautier ; Jules Verne : Un Drame dans les Airs, Les Révoltés du Bounty, Les Grands Voyages, Une Ville flottante, Le Chancelor, L'Archipel en feu, Le Rayon vert, L'Etoile du Sud, Le Naufragé du Cynthia, La Jangada ; La Vida de Lazarillo de Tormes ; L'Isle Saint Louis.

Il dessine et grave l'ouvrage : Un coin de Bretagne, orné de 15 illustrations (Privat, en 1917).

En Espagne, il s'attache particulièrement à rendre les types, femmes, danseuses, enfants, gitans, paysans, musiciens, mais s'attarde également à reproduire des paysages, ou architectures locaux. Il y travaille en collaboration avec Edouard Chimot, mais aussi Ramiro Arrue.

Il publie chez Le Prince, Editeur, Paris, en 1918 les Sept Péchés Capitaux, suite de 7 eaux-fortes peintes et gravées par lui, reproduites également dans l'Illustration. Il conçoit et réalise des livres manuscrits illustrés, pièces uniques effectuées à la demande du Marquis De Casteja, ou d'autres riches collectionneurs.

Il réalise également des dessins érotiques remarquables, dont certains furent gravés, ainsi de la petite Mythologie galante à l'usage des Dames, 1928 ; la plupart du temps, ces œuvres étaient signées d'un pseudonyme : Chevalier Rémy (Les Caprices), ou Anstaad De Lytencia, ou encore Remigius Eques

(Dix Sujets aimables dans le Goût antique, 1917).

Le style de André Lambert porte la marque de l'influence du Jugenstil et aussi de l'artiste britannique Aubrey Beardsley ; il n'est pas dénué par instant d'un certain maniérisme. Lambert affectionnait particulièrement l'œuvre gravé de l'artiste maniériste français Jacques Bellange, dont il possédait des planches. Toutefois il sut se détacher du parti-pris et du systématisme propagés par ce qu'il est convenu d'appeler l'Art Déco, en restant fidèle à sa vision personnelle du dessin et de l'illustration.





Liens
Login : Mot de passe