Logo GALERIE MICHEL CABOTSE - Tableaux d'artistes francais et etrangers XIX XX
Accueil
Actualités
Galerie
Contact


Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Publicité précédente
Publicité suivante

A propos de Picasso...par Jean Cocteau
  
  "Souvent le décoratif n'est pas de notre chef. Il résulte d'un équilibre. Le public prend cet équilibre pour quelque charme superficiel et s'y console de mal goûter la base. C'est le cas de Picasso. cet artiste complet est formé d'un homme et d'une femme. Il est le lieu de terribles scènes de ménage. Jamais tant de vaisselle ne fut cassée. L'homme a toujours raison en fin de compte et claque la porte. Mais de la femme il reste une élégance, une douceur d'entrailles, une sorte de luxe , qui donnent excuse à ceux qui craignent la force et ne peuvent suivre l'homme hors du logis"
Jean Cocteau, Opéra, suite des Mots de mon style, Tchou éditeur, Paris 1967, p 149.





Pensée...
28 février 2019

  Je n'ai jamais pu me satisfaire d'aucune image...c'est pour cela que je suis devenu marchand de tableaux.
M.Cabotse




Florilège littéraire : passions...Balzac : la Peau de Chagrin

"Parfois, mes goûts naturels se réveillaient comme un incendie longtemps couvé. Par une sorte de mirage ou de calenture, moi, veuf de toutes les femmes que je désirais, dénué de tout et logé dans une mansarde d'artiste, je me voyais alors entouré de maîtresses ravissantes ! Je courais à travers les rues de Paris, couché sur les moelleux coussins d'un brillant équipage ! J'étais rongé de vices, plongé dans la débauche, voulant tout, ayant tout ; enfin, ivre à jeun, comme saint Antoine dans sa tentation. Heureusement, le sommeil finissait par éteindre ces visions dévorantes ; le lendemain, la science m'appelait en souriant, et je lui étais fidèle. J'imagine que les femmes vertueuses doivent être souvent la proie de ces tourbillons de folie, de désirs et de passions qui s'élèvent en nous, malgré nous. De tels rêves ne sont pas sans charme : ne ressemblent-ils pas à ces causeries du soir, en hiver, où l'on part de son foyer pour aller en Chine ? Mais que devient la vertu, pendant ces délicieux voyages où la pensée a franchi tous les obstacles ?"

Honoré de Balzac, la Peau de Chagrin, chapitre II, pages 104-105 éditions Garnier Frères 6 Rue des Saints-Pères, Paris 1960.

Cliquez pour voir en grand


Page precedentePage 2 sur 72Page suivante
Liens
Login : Mot de passe