Logo GALERIE MICHEL CABOTSE - Tableaux d'artistes francais et etrangers XIX XX
Accueil
Actualités
Galerie
Contact


Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Publicité précédente
Publicité suivante




Endymion

La chasse l'habite encore. Au travers de ses veines
comme d'un fourré, jaillit la bête.
Des vallées prennent forme, des étangs en forêt
reflètent la biche tandis que derrière elle 

alerte court le sang du dormeur clos,
tourmenté par la brutale évanescence
de l'arsenal confus des rêves.
Mais la déesse, elle qui n'a jamais connu l'union,

va, adolescente, par les nuits de tous les âges,
elle qui s'est accomplie elle-même
dans les cieux, sans rencontrer personne,

elle se pencha sans bruit sur les flancs du dormeur,
et de ses épaules elle fit briller
soudain la coupe où il buvait le sommeil.

Rainer Maria Rilke
Poèmes à la nuit
Editions Verdier 11220 Lagrasse, 1994
Traduit de l'allemand par Gabrielle Althen et Jean-Yves Masson (p79)




Celui qui sait ne parle pas, celui qui parle ne sait pas. Lao-Tseu (?)

A propos de Picasso...par Jean Cocteau
  
  "Souvent le décoratif n'est pas de notre chef. Il résulte d'un équilibre. Le public prend cet équilibre pour quelque charme superficiel et s'y console de mal goûter la base. C'est le cas de Picasso. cet artiste complet est formé d'un homme et d'une femme. Il est le lieu de terribles scènes de ménage. Jamais tant de vaisselle ne fut cassée. L'homme a toujours raison en fin de compte et claque la porte. Mais de la femme il reste une élégance, une douceur d'entrailles, une sorte de luxe , qui donnent excuse à ceux qui craignent la force et ne peuvent suivre l'homme hors du logis"
Jean Cocteau, Opéra, suite des Mots de mon style, Tchou éditeur, Paris 1967, p 149.




Page precedentePage 2 sur 72Page suivante
Liens
Login : Mot de passe